Notice: wpdb::prepare est appelée de la mauvaise manière. La requête ne contient pas un nombre correct de substitutifs/placeholders (2) pour le nombre d’arguments proposés (3). Veuillez lire Débugger dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 4.8.3.) in /home/chaireepss/www/wp-includes/functions.php on line 4139
La Chaire EPPP » Comment Dijon veut devenir la première smart city française

Comment Dijon veut devenir la première smart city française

« Dijon Métropole et ses 24 communes passent à la vitesse supérieure pour devenir une référence en matière de « ville intelligente ». La collectivité va annoncer ce jeudi 7 septembre l’attribution d’un contrat de plus de 100 millions d’euros sur 12 ans à un consortium composé de Bouygues et Citelum (filiale d’EDF), mais aussi de Suez et CapGemini.

Cet attelage s’impose au détriment de trois autres compétiteurs, Vinci, Eiffage et Engie, eux aussi en lice sous forme de consortiums, selon les informations des Echos. Le marché public de la Métropole de Côte d’Or, lancé voilà 2 ans, porte sur la conception, la réalisation, l’exploitation et la maintenance de différents équipements urbains connectés (capteurs sur les véhicules publics, éclairage, feux rouges, bornes d’accès au centre-ville, vidéo-protection ou, encore, sécurité et GTB des bâtiments des collectivités) mais aussi, et c’est là la spécificité dijonnaise, sur un centre unique de gestion à distance de l’espace public et de ces équipements. Ce centre de commandement regroupera les actuels centres de décision comme la police municipale ou l’e-administration. Il captera en temps réel et à distance les données, afin de déclencher et piloter les interventions. Les véhicules municipaux ou remplissant une mission de service public seront eux-mêmes connectés et géolocalisables.

C’est l’ensemble de ces pièces du puzzle mises bout à bout qui dessinent ce projet à la fois abouti et pionnier dans la stratégie de ville intelligente. En la matière, Dijon Métropole avait déjà avancé à grand pas ces dernières années. Par exemple avec des feux de signalisation connectés qui donnent la priorité aux bus, ou en modélisant son territoire en 3D grâce au « big data ». Des données dont le nombre va encore croître à un rythme exponentiel. »

Article de Florent Maillet pour Le Moniteur.fr

 

Zoé Le Squeren

Author: Zoé Le Squeren

Comments are closed.