Notice: wpdb::prepare est appelée de la mauvaise manière. La requête ne contient pas un nombre correct de substitutifs/placeholders (2) pour le nombre d’arguments proposés (3). Veuillez lire Débugger dans WordPress (en) pour plus d’informations. (Ce message a été ajouté à la version 4.8.3.) in /home/chaireepss/www/wp-includes/functions.php on line 4140
La Chaire EPPP » Social and nonlinear tariffs on drinking water: Cui bono ?

Social and nonlinear tariffs on drinking water: Cui bono ?

Décembre 2017

Alexandre Mayol, Revue d’Economie Politique

Abstract: This empirical study discusses both the incentive and redistributive effects of nonlinear tariffs on the drinking water of developed countries. Using an original panel database based on a natural experience with drinking water in France, we econometrically explore the impact of tariffs changes on consumption (linear versus nonlinear). We demonstrate that this measure reduces global consumption. However, small consumers (<75 m3) benefit from the new tariff program and increase their consumption, whereas the consumption of the others (>75 m3) decreases. Public policy implications of such tariffs on drinking water may lead to a discussion on the design of these tariffs and the quality of the information given on water consumption.

Keywordstariffs, drinking water, public policies, social tariffs, nonlinear tariffs, monopolies

Résumé Français

Tarifs sociaux et progressifs dans l’eau potable : cui bono ? Une étude empirique à partir d’une expérience naturelle françaiseCette contribution empirique teste les propriétés incitatives et redistributives des tarifs progressifs dans l’eau potable en France. En utilisant un panel de consommateurs collecté dans le cadre d’une expérience naturelle française, nous analysons économétriquement l’impact du passage d’un tarif linéaire à un tarif progressif sur la consommation. Nous montrons que ce changement réduit la consommation agrégée des ménages. Toutefois, nous observons que les petits consommateurs (<75 m3) ont augmenté leur consommation, tandis que les autres l’ont réduit. De plus, la taille du foyer semble jouer sur la capacité des consommateurs à réagir aux tarifs progressifs. Dans une perspective de politiques publiques, ces résultats impliquent de discuter le design tarifaire pour en réduire le caractère distorsif et accroître leur efficacité.

Mots-cléstarification des monopoles, tarifs progressifs, eau potable, comportement de consommation

Accès à l’article ici

Zoé Le Squeren

Author: Zoé Le Squeren

Comments are closed.